Dondelinger dans l’opposition : « une injustice profonde »

Vaut mieux pas se balader dans les couloirs de l’hôtel de Ville d’Aubange. L’ambiance y est électrique. Tout comme au sein de la majorité sortante PS-cdH. Véronique Biordi, tête de liste Avec vous s’est assise sur l’accord qui devait être reconduit. «Je le vis comme une injustice profonde, affirme Jean-Paul Dondelinger (cdH). J’estime avoir fait mon travail de bourgmestre. Je me suis investi. Je vis très mal d’être renvoyé sur les bancs de l’opposition. C’est dur de se faire débarquer, surtout quand on a un accord.» Pourtant, il nous revient, que lors de séances de collège, il est arrivé à Jean-Paul Dondelinger de faire savoir à Véronique Biordi tout le «bien» qu’il pensait de cet accord. «Faux», s’insurge le bourgmestre. Véronique Biordi aurait donc pris les devant. Débarquer avant de se faire débarquer. «La politique est une jungle. Il n’y a pas de règle, dénonce Dondelinger. Ce sont les intérêts du moment qui priment».

Manque de respect ?

Véronique Biordi explique son changement de cap notamment pour des raisons humaines. Elle déplore le manque de respect dont elle a régulièrement fait l’objet. Le bourgmestre l’avoue : «Je suis très directif et autoritaire. C’est ma manière de fonctionner. Si on n’a pas ce tempérament quand on a en charge une commune comme celle d’Aubange, on ne peut pas avancer.» Un message sans doute pour Véronique Biordi, dont la personnalité est à l’opposé de la sienne.

Les résultats allégés de la liste cdH? «J’y vois trois raisons, analyse Jean-Paul Dondelinger. Tout d’abord, on nous met sur le dos les problèmes d’insécurité et le nombre d’étrangers. Ensuite, l’absence de gros porteurs de voix sur notre liste comme Jean-Marie Muller et Pierre Clinquart. Enfin, la venue des trois transfuges de ROC sur la liste de Véronique Biordi : Morosini, Janson et Dewit. Maintenant, reste à voir comment ces transfuges et les autres membres de la liste vont vivre ensemble.» C’est André Lambert qui a averti le bourgmestre, dimanche, vers 22hque leur accord s’achevait en décembre. «Ils auront une opposition musclée, prévient Jean-Paul Dondelinger. Je ne serai pas un béni-oui-oui. Ça revaudra la peine de revenir assister au conseil communal d’Aubange!» Ambiance.

Source : GEROUVILLE Anne-Sophie, L’Avenir du Luxembourg, mardi 16 octobre 2012.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.